Rejoignez la communauté BPM !

  • La plupart des bonnes pratiques ne sont accessibles qu'aux membres enregistrés

Inscrivez-vous, c'est gratuit

Recherche Bonnes Pratique

Catégorie: Domaine:

Etape:

Auteur:

Balise mots-clefs:   

Méthode ABC - définition Populaire

http://www.allaboutbpm.com/media/reviews/photos/thumbnail/300x300s/88/98/dd/499_MethodeABC_1283332214.jpg
Écrit par Redaction1     01 septembre 2010    
Auteur : allaboutbpm

Mots clefs : ABC/ABM

Bonnes pratiques en rapport

Actualités en rapport

L'Activity Based Costing (ABC) est une méthode développée pour comprendre la formation des coûts, suivre sur la durée leur évolution et qualifier les causes de leur variation. La méthode ABC permet d'aligner le suivi des coûts de l'entreprise sur les différents axes utilisés pour suivre les revenus (produit, typologie de client, canal de distribution,…).

La méthode ABC consiste à identifier le coût des activités constitutives des processus au travers de leur consommation des ressources mises à disposition, puis à suivre la consommation de ces activités selon différents axes d'analyses (produits, services, typologie de clients,…).

Spécificité de la démarche ABC

La spécificité et la valeur de la méthode ABC est triple :

  • elle ne se limite pas au traditionnel suivi du coût des produits, mais permet d'identifier les coûts selon différents prismes (produit, clients, canaux de distribution,…),. Ces prismes sont appelés "objets de coûts".
  • elle s'appuie sur l'approche processus en utilisant la notion d'activité pour identifier la manière dont la chaîne de valeur de l'entreprise consomme les ressources mises à disposition.
  • au delà du suivi sur la durée de l'évolution des "objets de coûts", elle permet de révéler les symptômes des dysfonctionnements opérationnels et des coûts cachés.

 

Si la démarche ABC s'appuie sur les informations issues de la comptabilité analytique pour déterminer le coût des ressources consommées, elle s'en distingue par :

  • la possibilité de réaliser des analyses multi-axe (différents objets de coûts),
  • l'introduction de la notion d'activité permettant de passer d'une analyse des coûts à une analyse de la performance opérationnelle (approche processus).
  • la capacité d'affecter les coûts indirects d'une manière plus précise en passant par la notion d'activité et donc en limitant les approximations des clefs de répartition des coûts indirects aux "objets de coûts" (produits, clients, canaux de distribution,…)

 

Démarche et modalités de mise en oeuvre

Les principales étapes pour mener à bien une démarche ABC sont les suivantes :

  • identification des "objets de coûts" que l'entreprise ou l'organisation souhaite suivre
  • identification des ressources et calcul des coûts de ces ressources par unité d'oeuvre
  • cartographie des processus de l'entreprise et identification des activités
  • qualification des inducteurs de ressources permettant de définir les modalités d'allocation (consommation) des ressources par les activités
  • définition des modalités d'allocation des activités aux différents objets de coûts
  • analyse et plans d'amélioration

La démarche ABC peut être mise en oeuvre d'une manière ponctuelle pour accompagner des choix de gestion à un instant donné ou d'une manière pérenne pour suivre sur la durée l'évolution des coûts et la performance de l'entreprise. Dans le premier cas, l'outil utilisé sera probablement Excel. Dans le second cas, il faudra "industrialiser" le calcul des coûts et l'identification des variations. Des outils dédiés pourront être utilisés, ainsi que les modules existants mis à disposition au sein de certains ERP du marché.

 

Facteurs clefs de succès pour la mise en oeuvre d'une démarche ABC

Les principaux facteurs clefs de succès pour une mise en oeuvre réussie d'une démarche ABC sont :

  • l'identification précise des objectifs de mise en oeuvre de la démarche (pour qui ? pour quoi ?). Le coût et la complexité d'une démarche ABC est directement lié à la nature des "objets de coûts", autant limiter ces derniers aux éléments réellement nécessaires.
  • le bon niveau de granularité des activités qui doit découler d'une démarche processus bien structurée
  • une approche exhaustive et systématique d'allocation de ressources
  • la capacité à disposer de données fiables sur la durée avec un coût "raisonnable" de collecte d'informations
  • des inducteurs pertinents

 

Limites et perspectives

La méthode ABC, pour être plus riche et précise qu'une approche analytique classique, requiert cependant une approche rigoureuse, systématique et donc parfois considérée comme complexe. Ceci explique probablement le fait que cette méthode est à ce jour encore majoritairement mise en oeuvre par des organisations de taille significative.

Avant de se lancer dans la mise en oeuvre d'une méthode ABC, il convient d'évaluer le bénéfice attendu d'une telle démarche au regard des coûts de mise en oeuvre et de maintenance d'une telle démarche.

En tout état de cause, la démarche ABC est complémentaire d'une démarche analytique classique, elle ne s'y substitue pas. Elle y apporte une vision complémentaire en s'alignant sur les axes d'analyse des revenus. Elle sert de support aux processus décisionnels en permettant de réaliser plus facilement des démarches de simulation au service des approches de type "what if ?"

La méthode ABC est associée à une démarche de management appelée Activity Based Management (ABM). La démarche ABM est indissociables d'une démarche de management par les processus sur laquelle elle s'appuie.

Avis des utilisateurs

Il n'y a pas d'avis d'utilisateur pour cet article.

Already have an account? or Create an account